Prix 2021 et colloque à la BnF


Publié le 18 oct. 2021


image

Prix 2021 et colloque à la BnF


Publié le 18 oct. 2021

image


Colloque Albert Londres 2021 en direct de la BnF :

Cet automne la BnF accueille la 83e édition du prix Albert-Londres, le prestigieux prix du journalisme français, distinguant chaque année trois jeunes reporters dans les catégories presse écrite, audiovisuel et édition. En 2021, la remise du prix Albert-Londres coïncide avec les 140 ans de la loi de 1881 sur la liberté de la presse. La BnF et l’association Albert Londres souhaitent célébrer ce moment fondamental de la vie journalistique et politique de notre pays et revenir sur les débats et questionnements qui ont mené à l’élaboration de cette grande loi de la République. Outre la cérémonie de remise des prix, qui aura lieu le 15 novembre, la Bibliothèque sera le théâtre de plusieurs événements autour d’Albert Londres et de la question de l’information. À partir du 9 novembre, la BnF proposera une immersion dans ses collections de presse, sur des thèmes tels que les femmes reporters ou la figure méconnue d’Albert Londres photographe. Le 16 novembre seront projetés, dans le cadre des « Cinémas de Midi », deux documentaires récompensés lors des éditions précédentes ; enfin, le 19 novembre, lauréats et invités du Prix, conservateurs de la BnF, chercheurs et journalistes seront réunis pour une journée d’étude sur l’actualité du journalisme et de la liberté de la presse.

Remise des Prix
Lundi 15 novembre à 18h00

Site François-Mitterand, Quai François-Mauriac, grand auditorium, Paris 13e

C’est dans le Grand auditorium de la BnF, en présence de Roselyne Bachelot Narquin, ministre de la Culture, que seront remis les prix Albert-Londres 2021, le 83e pour la presse écrite, le 37e pour l’audiovisuel, et le 5e prix du Livre parmi les présélectionnés : 

Pour la presse écrite :
Margaux Benn (
Le Figaro), 
Zineb Dryef (M le magazine du Monde), 
Wilson Fache (Libération / Causette), 
Ghazal Golshiri Esfahani (Le Monde), 
Caroline Hayek (L’Orient Le Jour), 
Louis Imbert (Le Monde), 
Josiane Kouagheu (Le Monde Afrique), 
Willy Le Devin (Libération), 
Léna Mauger (XXI).

Pour l'audiovisuel : 
N
icolas Ducrot Pour ne pas les oublier (France 3, Babel doc), 
Bryan Carter - Les Routes de la discorde (RTBF, Pokitin productions), 
Alex Gohari et Léo Mattei – On the line, les expulsés de l’Amérique (France 2, Public Sénat, Brotherfilms), 
Jules Giraudat  Projet cartel-Mexique, le silence ou la mort (France 5, Forbidden films), 
Céline Rouzet – 140km à l’ouest du paradis (BE ciné, Reboot films), 
Solène Chalvon-Fioriti et Margaux Benn – Vivre en pays taliban (Arte, France24, Caravelle).

Pour le livre :
V
alentin Gendrot – Flic, un journaliste a infiltré la police (Editions Goutte d’or), 
Emilienne Malfatto – Les Serpents viendront pour toi (Les Arènes Reporters), 
Antoine Mariotti – La Honte de l’Occident (Editions Tallandier), 
Sébastien Philippe et Tomas Statius – Toxique (Puf - Disclose).


Colloque « Loi du 29 juillet 1881 : Qu'avons-nous fait de la liberté de la presse ? »
Vendredi 19 novembre de 9h30 à 18h00

Site François-Mitterand, quai François-Mauriac, Grand auditorium, Paris 13e

Une journée pour réfléchir, apprendre, débattre sur les questions qui agitent et bousculent le journalisme, autrement dit, plonger la plume dans nos propres plaies… Un débat nourri à la fois des expériences passées grâce aux archives et du regard d’au-delà nos frontières avec les confrères du Prix Pulitzer. Avec et depuis la loi de 1881, l’information est une question aux multiples visages.

Il y a 140 ans, à 444 voix contre 4, la loi du 29 juillet 1881 était votée à l’Assemblée. Souvent méconnue, elle structure pourtant sur des points essentiels la liberté d’expression. 140 ans plus tard, elle est encore au cœur de débats tant en France qu’aux États-Unis. Une journée pour réfléchir, apprendre, débattre sur les questions qui agitent et bousculent le journalisme. Post-vérité, dérives de la technologie numérique (dont l’affaire Pegasus est la parfaite illustration), centralisation des médias : autant de questions posées aujourd’hui sur la liberté de la presse et la confiance dans son traitement de l’actualité. L’histoire, et notamment les archives de presse, sont ici sources de réflexion quant aux fausses nouvelles, à l’engagement d’Albert Londres, à la présence aujourd’hui pratiquement oubliée des femmes reporters au début du XXe siècle.

Le 19 novembre 2021, journalistes, chercheurs et historiens interrogeront lors d’une journée d’étude l’actualité de la profession de journaliste. Composée de cinq tables rondes, et en présence de membres du prix Pulitzer, elle questionnera l’information autour des thématiques de la liberté, de la confiance, de l’argent, de la vérité et du reportage.

En présence de : Fabrice Arfi (Mediapart), Claire Blandin (Paris XIII), Doan Bui (LObs), Julia Cagé (autrice), Jean-Marie Charon (sociologue), Sonia Devillers (France Inter), Stephen Engelberg (Prix Pulitzer), Claude Guibal (France Inter), Martine Laroche-Joubert (France Télévisions), Samuel Laurent (Le Monde), Mindy Marques (Prix Pulitzer), Philippe Mezzasalma (BnF), Olivier Milot (Télérama), Antoine Perraud, Laurent Richard (Forbiden stories), Isabelle Roberts (Les Jours), Pierre Rosanvallon (historien), Claire Sécail (laboratoire Irisso), Tristan Waleckx (France Télévisions)...

> Réservation obligatoire via le formulaire en ligne



Exposition Albert Londres
Mardi 9 novembre au vendredi 31 décembre

Bibliothèque tous publics - Salles A & B - BnF I François-Mitterrand

Immersion dans les collections de la BnF. Cet automne, à l’occasion de l’anniversaire de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, les salles de lecture du site François-Mitterrand dédiées à l’audiovisuel et à la presse se mettront aux couleurs du prix Albert Londres. À partir du 9 novembre, lecteurs et visiteurs pourront découvrir l’histoire de la loi, de 1789 à 1881, au travers des collections de la Bibliothèque. Autres thèmes abordés dans cette présentation : les grandes figures de femmes reporters comme Nellie Bly et Andrée Viollis, un versant moins connu d’Albert Londres, celui de photographe, ainsi que ses grands reportages à la Une, mais aussi l’histoire du prix, des premiers lauréats en 1933 à aujourd’hui.


Projections
Mardi 16 novembre de 12h30 à 14h00

Petit auditorium - BnF I François-Mitterrand

Cinéma de midi - Autour du prix Albert-Londres : raconter la guerre
Les séances des « Cinémas de midi » sont l’occasion de découvrir sur grand écran des films documentaires issus des collections audiovisuelles de la BnF. À l’occasion de la remise du prix Albert Londres à la BnF, une séance propose deux documentaires, récompensés par le prix Albert Londres du documentaire audiovisuel en 1987 et 1994, et pourtant plus que jamais d’actualité.

Liban : au pays des morts vivants
de Frédéric Laffont Prix Albert Londres 1987, 13'.
Le quotidien d’un pays en guerre, ce ne sont pas seulement les morts et les blessés. Au fil des témoignages des Libanais se dessine un pays entier mis sous antidépresseurs pour survivre au milieu des bombes.

Rachida - lettres d’Algérie
de Florence Dauchez Prix AlbertLondres 1994, 52'
Rachida, mère de sept enfants aux destins divers, se confie à la réalisatrice Florence Dauchez. Sa famille, tiraillée entre libertés individuelles et poids des traditions, incarne les contradictions de l’Algérie.

En partenariat avec l’Université de Paris et la Cinémathèque du documentaire.